Prends le risque, mon frère

Publié le par lesamisdelami

Prends le risque, mon frère
Prends le risque mon frère de la route sans lendemain,
Prends le risque mon frère d’un chemin sans destin.
 
Depuis la préhistoire,
Des montagnes ont poussé, des forêts sont apparues,
des races entières ont disparu,
Tout ça pour toi mon frère
Prends le risque du chemin
Prends le risque d’une route sans lendemain.
 
Des univers entiers ont explosés, des supernovae, des galaxies,
Des sourires d’enfants qu’on détruisait
Des larmes de mères à qui on les arrachait.
Tout ça pour toi mon frère,
Aujourd’hui honore, prends le chemin
Prends la route sans lendemain
Allez !
 
Il y a des saints sur les montagnes
Dont le silence contient tous les cris et tous les rires.
Il y a des pauvres de par le monde
Dont les mains vides tiennent les couronnes des rois.
Il y a des gens immobiles qui font tourner les mondes.
Et toi, ne prendras-tu pas le chemin ?
Prends la route mon frère, la route sans lendemain.
Allez !
 
Un nouveau monde attend pour naître
Un nouveau monde qui depuis toujours existe déjà
Un royaume ont dit les prophètes
Ne veux-tu prendre le chemin ?
Honore les prophètes,
Prends la route mon frère, la route sans lendemain.
Allez !
 
Il y a des petites filles assises au bord des univers
Qui construisent des châteaux de sable avec des étoiles,
Et qui attendant les marées cosmiques
Qui effacent les constructions des enfants incertains.
Prends la route mon frère.
Allez !
 
Il est des êtres dans ce monde dont l’ignorance est un hymne à l’amour
Et des êtres dans ce monde dont la connaissance est un hymne à la joie
Ceux-là qui sont ignorants ne le savent pas.
Allez mon frère, prends le risque de la route
Prends le risque de ton ignorance,
D’un chemin sans lendemain.
Allez !
 
Il est des vieillards qui dans leurs cheveux blancs
Portent les sourires des enfants nouveau-nés
Des sagesses éternelles qui demandent à parler
Vous ne comprendrez jamais le chant d’Ananda.
Vous pouvez le vivre en prenant le chemin,
Le chemin sans lendemain.
 
Allez mon frère, prends le chemin.
 
                                                 Entretien à la salle des fêtes de Gorde,
                                                 Samedi 16 septembre 1995, K7 538.
                                                 

Publié dans ARTICLES

Commenter cet article

poussard 23/04/2016 10:57

oua supere... parce que nous désirons plus que tout...